Imaginez un monde où

...les informations qui vous intéressent sont à votre disposition

L’histoire de la traduction automatique

Le saviez-vous ? La traduction automatique est née en pleine guerre froide et le premier moteur de traduction IBM a traduit 250 mots du russe à l’anglais… Mais si l’on pensait dans les années 1950 que la traduction automatique allait faire tomber rapidement les barrières de la langue, ces espoirs ont été très vite déçus en raison de la piètre qualité produite !

Les efforts de recherche ont été quasiment stoppés dans la plupart des domaines, à l’exception notable des bulletins météorologiques (lien vers article détaillé) au Canada : le moteur de traduction simple fournissait une qualité suffisante pour être utilisé pendant près de 30 ans sans nécessiter de mise à jour. En effet, en raison du champ lexical (glossaire) fini (on n’invente pas de nouveaux mots tous les jours en météo) et de la structure syntaxique (glossaire) simple (les phrases sont toujours plus ou moins les mêmes), la traduction automatique fonctionnait !

Mais c’est avec la démocratisation d’Internet et le développement de la puissance de calcul (lien vers article détaillé) que les moteurs de traduction automatique basés sur les statistiques (lien vers article à créer) ont véritablement pris leur essor dans les années 2000 à 2015. Bien que couplés aux gigantesques corpus (glossaire) et mémoires de traduction (article détaillé à créer : qu’est-ce qu’une mémoire de traduction) existants, les résultats restaient significativement inférieurs aux traductions humaines… le cerveau humain restait très loin devant.

L’avènement des systèmes de réseaux neuronaux (lien vers article à créer) (neural machine translation) a permis de faire un grand pas dans la qualité de la traduction automatique, éliminant nombre d’imprécisions. Les machines sont désormais en mesure de traduire la parole (lien vers article à créer) d’une façon véritablement bluffante, aidant de très nombreux utilisateurs sur les téléphones mobiles (lien vers article détaillé). Mais le texte et la voix sont des domaines très différents et la traduction automatique de textes complexes (liens vers article à créer) reste souvent loin derrière la traduction humaine (lien vers article à créer : la qualité en traduction, une question de compétence humaine).

L’esprit humain reste inégalé en matière de nuance et de précision, tant dans le domaine de la traduction que dans de nombreux autres domaines !

Mais les recherches (lien vers article détaillé) se poursuivent, alors, rendez-vous demain !

Vous avez une idée d’article ? Une information que vous aimeriez avoir ?

Nous recevons avec grand plaisir vos suggestions !

Soumettre une suggestion

Suivez-nous sur nos réseaux sociaux :